25/03/2012

JAMES LEE BURKE : SWAN PEAK, L’OUBLI DANS LA GRANDEUR DE LA NATURE.

swan peak,rivages,james lee burke,robicheaux,purcell,montanaIl aura fallu un ouragan pour que Dave Robicheaux, sa femme Molly et son inénarrable compagnon Clete Purcell quittent momentanément les terres submergées de la Nouvelle Orléans et de New Ibéria pour se ressourcer dans l'ouest du Montana. Loin de trouver le repos, les deux compères se retrouvent aux prises avec les frères Wellstone, riches propriétaires terriens entourés de personnages patibulaires qui ont jadis frayé avec la mafia. Les fantômes du passé ressurgissent alors qu'un tueur en série sévit dans la région, tandis qu'un prisonnier fugitif, traqué par un gardien inquiétant, tente de retrouver sa petite amie désormais mariée à l'un des frère Wellstone. Des passés obscurs, des rancœurs enfouies et des faits divers terrifiants vont semer le trouble dans la région.

En Louisiane ou dans le Montana, on se complaît dans les atmosphères envoutantes des récits de James Lee Burke car cet auteur de talent parvient toujours à nous séduire que ce soit par ces descriptions lyriques d'une nature somptueuse ou par le charme de personnages qui deviennent toujours plus complexes au fil de ses ouvrages.

Swan Peak ne déroge pas à la règle, bien au contraire. Il s'agit de l'un des romans le plus abouti de ce grand écrivain. Toutefois n'espérez pas trouver d'intrigues tarabiscotées ou de grandes doses d'adrénaline dans ce 17ème opus des aventures de Dave Robicheaux. L'histoire s'installe tranquillement comme une de ces rivières du Montana où l'on aime à pêcher à la mouche, un rythme fait de quiétudes et de sursauts à l'ombre des Mission Mountains. Certains pourront reprocher l'attitude très en retrait des personnages principaux qui deviennent presque spectateur des trames qui se jouent tout autour d'eux, mais on ne pourra qu'apprécier l'ambiguïté et les contrastes des acteurs secondaires qui prennent le devant de la scène en renouvelant ainsi la structure usuelle des récits de James Lee Burke.

L'action se déroule donc non loin de Missoula qui est également le second lieu de résidence de l'auteur et qui semble être devenue la Mecque de bon nombre d'écrivains nord-américains, comme feu James Crumley, Richard Ford, Thomas McGuane et Jim Harrison. Ce n'est d'ailleurs pas la première incursion dans cet état, puisque James Lee Burke avait déjà fait évoluer le personnage de sa seconde série, Billy Bob Holland, dans la région avec Bitterrott.

En toile de fond, il y a toujours cette inquiétude pour la préservation d'une nature qui semble menacée par les feux de forêts, les mines à ciel ouvert et l'exploitation du pétrole ainsi que la problématique de l'élevage intensif. Et puis on retrouve cette lutte permanente des personnages principaux qui tentent de refréner la résurgence de leurs démons intérieurs en cherchant en vain l'endroit idéal pour déposer les bagages encombrants d'un passé qu'ils ne peuvent oublier.

 

SEGA

James Lee Burke : Swan Peak. Editions Rivages / Thriller 2012. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Christophe Mercier.

A lire en écoutant : One Time One Night - Los Lobos - Wolf Track : The Best of Los Lobos. Rhino 2006.

 

 

18/03/2012

L’univers du polar naturaliste

 

Lorsque l'on me demande s'il y a des polars qui reflètent la réalité du métier, je suis  franchement bien emprunté pour répondre. En effet, dans la grande mythologie policière on a très longtemps laissé fleurir l'illusion du flic ou détective solitaire qui parvenait à résoudre les énigmes par ses propres moyens et il a fallu l'apparition de Steve Carella et de son équipe du 87ème district d'Ed Mc Bain pour avoir une autre vision de l'univers d'un commissariat. Mais c'est en Angleterre et plus précisément à Nottingham que l'on découvrira ce qui ressemble le plus à une équipe policière assez réaliste avec le célèbre Charles Resnick crée par John Harvey.  C'est autour de ce personnage solitaire, atypique que gravit une myriade de personnages qui s'étoffent au fil des récits.

Il n'empèche que les écrivains en quête de réalisme occultent systématiquement deux éléments importants de leurs récits à savoir, le personnel en uniforme ainsi que la lourdeur administrative de la paperasse qui jalonne toutes les étapes importantes d'une enquête policière

Pour avoir une vision réaliste de l'univers policier, ce n'est donc pas vers la littérature qu'il faut se tourner, mais plutôt du côté du monde cinématographique pour avoir une représentation presque naturaliste du métier.

 

une nuit,policeman,l627,colors,duvall,sean penn,roschdy zem

 

 

En 1992, Bertrand Tavernier réalise L627 qui raconte le parcours d'un inspecteur de police judiciaire au sein d'un groupe chargé de la lutte contre les stupéfiants. Basé sur un scénario d'un ancien policier, Michel Alexandre on découvre le quotidien presque misérable d'une police qui tente de faire son travail au mieux sans qu'on ne lui en donne vraiment les moyens.

 

une nuit,policeman,l627,colors,duvall,sean penn,roschdy zem

 

 

Toujours inspirée d'une histoire de Michel Alexandre, Alain Corneau réalise Le Cousin qui s'attarde sur la relation entre un policier et son indicateur. On suivra le parcours périlleux d'un capitaine de police qui franchi parfois la ligne afin de protéger son indic. On y découvre toute l'ambiguïté du policier contraint parfois de bafouer la loi et les règlements afin d'effectuer son métier et qui lâché par la hiérarchie peut en arriver à mettre fin à ses jours.

 

le_petit_lieutenant.jpg

 

 

Le Petit Lieutenant de Xavier Beauvois également inspiré d'un scénario d'un policier, Jean-Eric Troubat, nous entraine dans le sillage d'un jeune lieutenant fraîchement émoulu de l'école de police qui intègre la 2ème DPJ à Paris. On suivra l'enquête sur le meurtre d'un sdf découvert dans le canal Saint-Martin au travers d'une équipe de policiers dirigés par le capitaine Vaudieu, qui reprend du service après deux ans d'absence suite à des problèmes d'alcool.

 

 

polisse.jpg

 

 

On change de type de brigade avec Polisse de Maïwen qui dresse le quotidien d'un groupe de la BPM (Brigade de Protection des Mineurs).Avec les petites affaires de mœurs d'adolescents en perte de repères moraux, délinquants mineurs et sordides histoires de pédophilie nous découvrons le travail quotidien de cette équipe de policiers qui doivent trouver l'équilibre entre leur vie privée et la dureté du métier. Pour faire face nous découvrons la solidarité et le soutient entre ces hommes et ces femmes qui s'octroient même quelques crises de fou rire dans des situations les plus improbables.

 

 

une nuit,policeman,l627,colors,duvall,sean penn,roschdy zem

 

 

Pour avoir une représentation du monde la nuit, on pourra suivre le parcours d'un commandant de la brigade mondaine dans le film Une Nuit réalisé par Philippe Lefebvre. Au delà de l'intrigue on aura une vision de la police de proximité pratiquée au sein de la police judiciaire avec tout le réseau relationnel qu'un inspecteur a su tisser durant sa carrière. L'histoire est aussi basé sur la vie d'un ancien policier, Philippe Isard.

 

 

le_policeman,0.jpg

 

On le voit, tous ces films relatent le quotidien de brigades judiciaires. Pour découvrir un film réaliste qui parle des policiers en uniforme, il faut traverser l'Atlantique et remonter quelques années pour voir ou revoir Le Policeman réalisé par Daniel Petrie qui met en scène Paul Newman en flic de quartier dans un poste de police du Bronx. Patrouilles pédestres, petites enquêtes de routines, interventions en urgence sur fond de conflits communautaires, nous découvrons le travail de police-secours, d'un commissariat en pleine mutation.

 

une nuit,policeman,l627,colors,duvall,sean penn,roschdy zem

 

 

Colors de Dennis Hopper nous plonge dans les quartiers sud de Los Angeles au sein d'une brigade antigang. Le film met l'accent sur la relation entre deux patrouilleurs que tout oppose avec ce vétéran qui doit continuellement calmer son coéquipier au tempérament impulsif et violent. Les deux hommes vont devoir faire face à une guerre des gangs terrifiante entre Bloods et Creeps qui ravagent les quartiers miséreux d'une communauté indigente.

La liste est loin d'être exhaustive même si l'on doit admettre l'indigence de la littérature et du cinéma pour mettre en scène des policiers en uniforme. Pourtant si l'on s'en donnait la peine, ce n'est pas la matière première scénaristique qui manque dans cette profession. Un univers à exploiter pour peu que l'on se donne la peine de sortir des poncifs et des codes qui régissent l'univers de la fiction policière.

Sega

 

L627 de Bertrand Tavernier avec Didier Bezace, Philippe Torreton et Jean-Roger Milo.

Le Cousin de Alain Corneau avec Alain Chabat, Patrick Timsit, Samuel Le Bihan et Marie Trintignant.

Le Petit Lieutenant de Xavier Beauvois avec Jalil Lespert, Nathalie Baye et Roschdy Zem.

Polisse de Maïwenn  avec Karin Viard, Joey Star, Marina Fois et Nicolas Duvauchelle.

Une nuit de Philippe Lefevbre avec Roschdy Zem, Sara Forestier et Samuel Le Bihan.

Le Policeman de Daniel Petrie avec Paul Newman, Ed Asner et Pam Grier.

Colors de Dennis Hopper avec Sean Penn, Robert Duvall et Don Cheadle.

 

 

22:34 Publié dans 1. Actualité | Tags : une nuit, policeman, l627, colors, duvall, sean penn, roschdy zem | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

01/03/2012

KEIGO HIGASHINO : LE DEVOUEMENT DU SUSPECT X, LA MALEDICTION DU FACTEUR HUMAIN.

 

keigo higashino,dévouement suspect x,polar japonaisVoilà c'est fait : une erreur réparée en abordant pour la première fois la littérature policière japonaise, avec le Dévouement du Suspect X de Keigo Higashino. Pour cette première, il s'agit d'une enquête à la « Colombo », puisque, d'emblée, nous connaissons l'auteur du crime, ainsi que ses motivations.

Yasuko Hanaoka vit seule avec sa fille, dans un modeste appartement. Elle tente en vain, de se soustraire au harcèlement  infernal de son ex-mari qui ne cesse de lui réclamer de l'argent. Une confrontation de trop tourne au drame, lorsque l'ex-mari s'en prend à sa belle-fille. Sous l'emprise de la fureur et de l'affolement, Yasuko Hanoaka commet l'irréparable en tuant cet odieux personnage. Ishigami, voisin de Yasuko, va mettre son talent de mathématicien de génie au service de sa voisine, dont il est amoureux, pour maquiller le crime.

Un homme nu, dont les mutilations rendent l'identification impossible est découvert au bord du fleuve. C'est l'inspecteur Kusanagi qui est chargé de l'enquête. Pour l'aider, il consulte fréquemment son ami  Yukawa, brillant physicien doté d'une très grande facultés de déduction. Une joute fascinante mais impitoyable va s'engager entre le mathématicien et le physicien afin d'établir une vérité qui n'est pas si évidente que ne laisse paraître les apparences. Une confrontation entre la froide logique mathématicienne et la bouillonnante ivresse de la passion.

Du respect et de la dignité, c'est ce qui ressort des rapports sociaux qui régissent cette société nippone où la pudeur des sentiments ne fait qu'exacerber l'intensité de la passion. C'est bien ce qui transparaît au travers des personnages de ce roman  dont la construction est somme toute assez classique. Pourtant, au fil des pages, l'intrigue faite de déductions logiques, nous dévoile les émotions des différents protagonistes jusqu'au dénouement finale qui cristallise toute l'ampleur des sacrifices consentis au nom de l'amour. C'est l'un des thèmes majeur de l'ouvrage de Keigo Higashino qui met en relief l'antagonisme entre la rigueur du raisonnement scientifique et l'instabilité du facteur humain qui peut tout remettre en question.

L'autre talent de l'auteur est de nous transporter, d'une apparence à une autre au gré de petites allusions bien placées, sans nous en dévoiler les tenants et les aboutissants. Des faux-semblants qui piègeront le lecteur jusqu'au dénouement final. Un bel ouvrage, tout en passion et en sensibilité capable de pulvériser l'implacable constance des axiomes mathématiques et physiques. Maudit facteur humain !

 

Keigo Higashino ; Le Dévouement du Supect X. Editions ACTES SUD/Actes noirs 2012. Traduit du japonais par Sophie Refle.

A lire en écoutant : Risky de Ryuichi Sakamoto. Album : Néo Géo. CBS Records, 1987.