14/09/2016

ANTONIN VARENNE : CAT 215. TOUJOURS PLUS LOIN, TOUJOURS PLUS FOU.

antonin varenne, cat 215, territori, la manufacture de livresLe format change tout comme la région, mais la qualité reste la même avec Cat 215 très court et intense roman d’Antonin Varenne publié au sein de la collection Territori de la Manufacture de Livres en s’éloignant des régions rurales de la métropole afin de s’engouffrer dans le sillon d'une pelleteuse mécanique se frayant un chemin à travers l’épaisse jungle de la Guyane.

Marc, mécano sans le sou, avec une famille à nourrir, n’hésite pas bien longtemps à l’attrait de l'offre d’un ancien associé véreux qui lui propose de retourner en Guyane pour réparer une pelleteuse Caterpillar, modèle Cat 215, tombée en rade en pleine jungle. Moteur à changer pour que l’engin puisse être acheminé, à l’insu des autorités, vers un camp d’orpaillage permettant d’accélérer l’extraction du métal précieux. Au bout d’une piste chaotique, Marc rejoint la machine immobile et l’équipe chargée de la convoyer, composée d’un ancien légionnaire parano et d’un guide brésilien mutique. Dans cette jungle équatoriale, les tensions sont palpables et la violence menace d’éclater à tout instant. Une simple question de temps.

A peine six pages pour poser le contexte et nous faire passer des frimât d’un hiver campagnard à la moiteur étouffante d’une jungle. On mesure ainsi tout le talent d’Antonin Varenne capable de nous faire basculer en quelques mots d’un univers à un autre et de distiller ensuite, tout au long d’un texte captivant, un climat et une ambiance oppressante qui sont finalement les moteurs essentiels de cette intrigue. Un livre de sensation et d’impression dans lequel on perçoit les bruits et les odeurs de cette forêt équatoriale où les hommes s’égarent dans un mélange de folie et de convoitise. Comme absorbés par la jungle, ils retournent peu à peu à l’état sauvage tandis que cette pelleteuse mécanique incarne l’ultime vestige d’une civilisation vouée à disparaître.

Ainsi, dans cette forêt luxuriante, les arbres deviennent des murailles infranchissables et l’immensité de la jungle se transforme en une cage exiguë où gravitent désormais Marc le mécano, Joseph le légionnaire et le guide Alfonso. Dans ce décor aussi mystérieux qu’étouffant, la tension s’installe comme une fièvre sournoise et s’empare de la raison des trois hommes accablés par la chaleur et l’humidité pour nous laisser pantois au seuil d’une folie dont le paroxysme et la conclusion seront à la charge de l’imagination du lecteur permettant de prolonger durablement l’intensité de ce roman percutant.

Cat 215, c’est un roman sec et tranchant comme la lame affûtée d’une machette.

Antonin Varenne : Cat 215. Editions La Manufacture de Livres/Territori 2016.

A lire en écoutant : Eldorado de Bernard Lavilliers. Album : Nuit d’Amour. Barclay 1981.

Commentaires

J'aime vous lire pour aussi faire des arbitrages. J'ai lu Cat 215 d'Antonin Varenne et j'avoue être très surpris de l'accueil vraiment appuyé et positif. (Sur d'autres blogs c'est le cas également)
Son intensité arrive bien tardivement, pour ne pas dire à la fin. Le style reste remarquable, mais malheureusement j'ai refermé ce livre avec cette amertume que ce roman avait un potentiel pas assez exploité. Très axé sur le roman noir, après de longues années de lecture de polars, je pensais trouver une perle. Tant pis.
Votre blog est fourni et il y a bien longtemps que les livres qui figurent dans la rubrique "roman noir" sont pratiquement tous dans ma bibliothèque.
On a besoin de personnes passionnées comme vous qui donnent leur avis en toute liberté et de précieuses indications. Un grand merci.
Franck Sabatini - Grenoble- France

Écrit par : SABATINI | 04/11/2016

Comme je l'ai mentionné le final est à la charge du lecteur et peut donc générer un sentiment de frustration. Mais on reste subjugué par cette ambiance et cette écriture toute en tension. Merci pour votre message d'encouragement. Je suis content que vous puissiez trouver votre bonheur au travers de ce blog.

Cédric SEGAPELLI

Écrit par : Sega | 08/11/2016

Les commentaires sont fermés.