25/09/2011

FUREUR NOIRE : LEO MALET/TARDI, BROUILLARD AU PONT DE TOLBIAC

9782203334137FS.gif

Fiat Lux ! Que la lumière soit !

Première phrase de la Genèse c'est aussi le nom de l'agence du célèbre détective Nestor Burma, détail piquant quand on connaît le parcours de son créateur, l'écrivain Léo Malet. Une jeunesse dans le milieu anarchiste que l'auteur évoque dans Brouillard au pont de Tolbiac que l'on peut considérer comme son meilleur roman de la série inachevée des nouveaux mystères des Paris.

Nestor Burma reçoit un message d'un certain Abel Benoît qui lui demande de le rencontrer à l'hôpital de la Salpêtrière afin « d'empêcher un salaud de mijoter des saloperies ». Une rencontre qui n'aura pas lieu puisque l'auteur de la lettre meurt des blessures que lui a infligé son agresseur. C'est une belle et mystérieuse gitane qui lui annonce le décès, devant l'établissement hospitalier. Poussé par la curiosité, Nestor Burma découvrira qu'Abel Benoît n'est autre qu'Albert Lenantais un camarade anarchiste qu'il a connu il y a de cela plus de 20 ans. Un époque où notre détective de choc, alors jeune crieur de journaux, vivait au foyer végétalien de la rue Tolbiac, fréquenté par toute une clique d'idéalistes et d'anarchistes. Une histoire d'amour avec une belle gitane, un ancien flic au bord de la folie, une plongée dans le passé, des rencontres avec d'anciens anarchistes embourgeoisés avec en arrière-plan le XIIIème arrondissement de Paris pour cette enquête de Nestor Burma. Parviendra-t-il à découvrir qui a agressé Albert Lenantais ; Arrivera-t-il à empêcher le salaud de commettre des saloperies et réussira-t-il à résoudre une enquête là où un ex-flic n'y est pas parvenu, malgré un acharnement de 20 ans qui le conduira à sa perte tragique sur le pont de Tolbiac.

Bien plus que le livre, c'est l'adaptation qu'en a faite Tardi que je vous propose de découvrir avec une BD absolument somptueuse. Le quartier du XIIIème n'est plus ce qu'il était, mais lorsqu'il en a fait l'adaptation en 1982, le dessinateur, grâce à un travail de recherche et de documentation fouillé est parvenu à restituer l'atmosphère poisseuse de ce quartier. Des lieux désormais mythiques, comme la place d'Italie, le viaduc d'Austerlitz, la rue et le pont Tolbiac ont été restitués fidèlement grâce au talent de l'artiste. L'escalier entre la rue Chevralet et la rue Tolbiac, lieu de la dernière rencontre entre Belita et Nestor Burma existe toujours, tout comme le bâtiment de l'Armée du Salut, conçut par un certain Le Corbusier. Ce n'est pas le cas du Viaduc métallique de Tolbiac où se déroule une part importante de l'intrigue. Cet ouvrage a été complètement démonté et rouille désormais dans un entrepôt.

Léo Malet voulait écrire un roman contre le XIIIème, mais ce fut un échec parfait puisqu'en transposant sur son personnage fétiche, des pans de sa jeunesse il est parvenu à dégager des émotions puissantes qui se sont fichées dans les décors de ce quartier. Vous l'aurez compris, le personnage principal de cette histoire c'est bien évidemment Paris et ce XIIIème arrondissement qui émerge des cases de cette magnifique BD. Vous vous perdrez dans ces ruelles étroites, exhalant ses vapeurs de brouillards tout en trébuchant sur le pavé luisant de pluie. Vous frémirez en arpentant la sinistre rue Watt et le sombre passage des Hauts-de-Forme. Et pour vous remettre, vous pourrez boire un calva ou un ballon de rouge en vous appuyant sur le zinc du comptoir d'un ces cafés surpeuplés de la place d'Italie.

Pour évoquer l'œuvre de Léo Malet, les organisateurs de la Fureur Noire, ont invité Guy Marchand qui a connu l'auteur et qui a incarné le personnage de Nestor Burma dans un série télévisée dont les producteurs ont eu la mauvaise idée de la transposer dans le Paris nos jours (années 90), laissant de côté, l'aspect rétro de l'époque des années cinquantes. Cet acteur de talent qui s'est vu décerner un César pour le meilleur second rôle dans Garde à Vue (encore un polar !) de Claude Miller, exposera son point de vue sur l'un des détectives phares de la littérature française de l'après-guerre. Retrouvez le donc le mardi 4 octobre 2011 à 2030 à la salle du Faubourg.

« Paris. La nuit sur le pont de Tolbiac, un homme rôde. Dans son regard la folie. »

SEGA

14037902:jpeg_preview_large.jpg?20100730055823

 

 

Léo Malet/Tardi : Brouillard sur le pont de Tolbiac. Casterman 1982

A lire en écoutant :  Ni Dieu ni Maître - Léo Ferre - Album : Et Basta !

 

 

 

18/09/2011

Fureur noire : Manotti / DOA, le polar politique

 

 

A l'heure des élections, c'est bien évidemment le sempiternelle sujet de la sécurité qui enflamme les débats où l'on assène aux citoyens, à coups de slogans ravageurs et phrases rapides, les recettes qui vont remettre la cité sur les rails.

Police de proximité ! Patrouilles pédestres ! Tolérance zéro ! Des termes génériques qui prennent désormais des teintes politiques sans que l'on soit bien certain que les protagonistes en connaissent toutes les implications. La plupart d'entre eux seraient bien avisés de se pencher sur les ouvrages de nombreux spécialistes qui se sont intéressés à la question depuis bien des années, ceci avant même que ce sujet émotionnel, ne devienne le thème majeur des politiques et ne soit justement dévoyé par certains d'entres eux ! Dans le domaine francophone, on peut citer : Sebastien Roché, Loïc Wacquant, Jean-Paul Brodeur, Dominique Monjardet, Jean-Louis Loubet de Bayle et François Dieu.

Certains ouvrages de ces auteurs sont même disponibles en ligne !

 

Il faut l'admettre certaines de ces études, toutes passionnantes qu'elles soient, peuvent tout de même s'avérer extrêmement arides et on peut aborder le sujet de la sécurité et de la police par le biais du polar en s'intéressant particulièrement aux romans de nos voisins français.

wacquant.JPG616712990618aee30f64978c734bac57-300x300.gif

 

 

 

 

 

 

bien-connu-police.jpg

 

 

Avec « Bien connu de nos services » Dominique Manotti nous invite à partager la vie quotidienne des policiers du commissariat de Panteuil (lieu fictif), dans la banlieue nord de Paris, dirigé par la commissaire Le Muir, femme ambitieuse qui a adopté la politique du chiffre imposée par les pouvoirs politiques du Ministère de l'Intérieur. Flics aguerris, jeunes débutants, hiérarchie dépassée, truands chevronnés, petits voyous, tout ce petit monde s'entrecroise dans un chassé-croisé rapide et passionnant. Description du travail des BAC, de police-secours qui semble tellement vain au milieu de banlieues défavorisées, de camps gitans et de squats vétustes prêts à flamber. Afin de favoriser l'intrigue, l'auteur a parfois forcé le trait au détriment de la réalité. Mais cela importe peu, car au travers de ces pages on peut tout de même se rendre compte du désarroi de ces policiers qui, manipulés par leurs hiérarchies et le pouvoirs politiques, se referment sur eux-mêmes se révélant ainsi incapables de faire face aux défis sociaux qui les submergent. Débrouillardise et improvisation pour régler les problèmes au jour le jour tout cela à l'ombre de la compromission et  de la corruption. Un tableau sombre, probablement exagéré mais qui reflète tout de même le malaise du monde policier.

Pour DOA le tableau n'est guère plus reluisant même s'il s'attarde sur les SG et le monde des services secrets pour dépeindre les arcanes d'un monde souterrain inquiétant. « Citoyens Clandestins » c'est un thriller haletant avec cette menace d'attentat à la Dioxine sur la France par un groupuscule d'islamistes radicaux. Une description froide et troublante de réalisme d'une traque sanglante d'un ensemble de clandestins, d'agents doubles, d'espions à la solde d'une clique de manipulateurs qui mettent la raison d'état au-dessus de tous les principes moraux. Un livre volumineux extrêmement bien documenté qui se lit d'une traite, même s'il pêche parfois par son ton quelque peu professoral.

 

l-honorable-societe.jpg

 

 

La réunion des ces deux talents se retrouve dans « L'Honorable Société », livre à quatre mains de moins bonne facture qui se penche sur les arcanes des institutions étatiques liées à l'énergie atomique. Police criminelle, DGSE, éco terroristes, journalistes et milieu patronal s'interrogent ou tentent de dissimuler les mobiles du meurtre d'un policier rattaché à la commission pour l'Energie Atomique. Le tout se déroulant sur fond de campagne présidentielle, on assistera à la compromission des diverses instances étatiques qui useront de tous les expédients, même les plus extrêmes, pour parvenir à leur fin. On reprochera le côté impersonnel des personnages qui manquent de saveur. Toutefois l'intrigue, quoique classique, nous entrainera dans un récit passionnant, assez inquiétant et très bien documenté qui, espérons-le, ne s'avérera pas trop réaliste. Un sujet sensible (le nucléaire en France) que l'on retrouve d'ailleurs au cœur des débats pour l'élection présidentielle, rendent les tribulations du commandant Petrus Paris encore plus passionnantes. Cet enquêteur de la police criminelle, secondé par son équipe, devra faire preuve d'une pugnacité des tous les instants pour parvenir à résoudre cette sombre affaire.

Pour la Fureur de Lire, on retrouvera Dominique Manotti et DOA lors d'une table ronde qui aura lieu le jeudi 6 octobre 2011 à 21h50 à la salle du Faubourg, sur le thème du polar social et politique. Le polar qui devient protestataire et contestataire, cela promet un beau débat qui sera précédé d'une pièce de théâtre intitulée « Je refuse de répondre » qui relate le combat de Dashiell Hammett en proie à l'inquisition de la commission du sénateur McCarthy. Cela se déroulait en 1953. Le polar contestataire, protestataire, une forme d'écriture qui ne date pas d'hier.

 

 

Dominique Manotti : Bien connu des services de police. Série Noire/Gallimard 2010

DOA : Citoyens Clandestins. Série Noire/Gallimard 2007

Manotti / DOA : L'Honorable Société. Serie Noire/Gallimard 2011

A lire en écoutant : Demain c'est loin - IAM/L'Ecole du Micro d'Argent/Delabel-Virgin 1997

 

 

 

 

09/09/2011

FUREUR NOIRE : TONINO BENACQUISTA, LES MORSURES DE L'AUBE

 

La Fureur de Lire aura lieu du 4 au 9 octobre 2001 et se parera de la plus belle des couleurs : Le noir. Fureur Noire pour cette édition placée sous le signedu polar et du roman noir avec durant toutes ces journées, soirées et même nuit blanche des cadors du genre qui vont truster la place littéraire. Un programme ch66227159_p.jpgargé que je vous laisserai découvrir en consultant le site internet que vous pouvez trouver en cliquant ici.

Parmi toutes ces pointures, il faut citer Tonino Benacquista, écrivain et scénariste français très connu dans le milieu cinématographique pour ses collaborations fructueuses avec le cinéaste Jacques Audiard dans « Sur mes lèvres » (César du meilleur scénario) et « De battre mon cœur s'est arrêté » (César de la meilleure adaptation).

Dans le domaine littéraire j'ai une affection particulière pour son roman « Les Morsures de l'Aube » qui a été adapté par Antoine De Caunes en 2001. Antoine (personnage récurrent des premiers romans de l'auteur) et « Mister Laurence » sont deux noctambules et parasites mondains qui écument les réceptions, les bars et les boîtes de nuit parisiennes grâce à leur tchatche et la myriade de contacts qu'il ont su nouer durant leurs virées nocturnes. Pour accéder à l'une de ces soirées privées, Antoine se fait passer pour l'ami d'un certain Jordan, qu'il connaît pourtant à peine et qu'il a vaguement croisé dans un bar de la place. Mais le bluff tourne mal, car si Antoine et « Mister Laurence » parviennent à entrer, c'est pour être rapidement conduit auprès de l'organisateur de la soirée, qui les charge de retrouver ce Jordan. Pour s'assurer de leur succès, l'homme, mystérieux et inquiétant, retient « Mister Laurence » tandis qu'Antoine va devoir se lancer dans une course effrénée afin de retrouver ce mystérieux Jordan ainsi que sa sœur, l'envoutante Violette.

Une comédie sociale, un roman noir, un livre fantastique, les Morsures de l'Aube c'est tout cela à la fois, sans que l'on s'y perde, bien au contraire. On s'y sent bien ! Une belle ambiance nocturne émane des pages de cet excellent récit. L'auteur nous entraine dans ce monde de la nuit qu'il semble très bien connaître tant il est décrit à la perfection. Tonino Benacquista a su restituer cet univers particulier avec une dose équivalente de cynisme, d'humour et de mystère. Un cocktail parfait pour traverser ces nuits de bout en bout sans jamais s'ennuyer. On plongera dans ces lieux qui composent le Paris by night, mais que l'on peut retrouver dans toutes le villes du monde : Bars branchés, boîtes de nuit à la mode et rades pourris où le monde de la nuit se rassemble, s'expose et se disloque sous ces ténèbres éphémères pour éviter à tout prix la morsure de l'aube.

Tonino Benacquista sera présent lors de cette Fureur Noire, le mardi 4 octobre 2011 à 18h00 pour le vernissage de l'exposition « POLAR ET DESSINS » qui aura lieu à la salle du Faubourg. On y découvrira des planches de Tardi, Loustal, Myles Hyman et bien d'autres illustrateurs de renom.

Dans mes billets à venir, je reviendrai régulièrement sur cette manifestation littéraire en vous parlant des auteurs qui y seront présents. Il était grand temps que la Fureur de Lire vire au noir, car un livre vendu sur quatre est un polar comme le souligne dans son message d'introduction, M. Sami Kaanan, magistrat de la Ville de Genève en charge de la culture et du sport. Un chiffre à méditer...

SEGA

 

Des armées insolites

Et des ombres équivoques

Des fils dont on se moque

Et des femmes que l'on quitte

Alain Bashung, Tant de nuits

Tonino Benacquista : Les Morsures de l'Aube. Editions Rivages/Noir 1992

A lire en écoutant : Tant de nuit - Alain Bashung - Bleu pétrole.