26/04/2014

FRANCOIS GUERIF AUX CINEMAS DU GRUTLI !


Le temps d’un week-end, du 26 au 27 avril, François Guérif viendra faire un tour du côté de Genève pour présenter 6 films noirs aux cinémas du Grütli.

Capture d’écran 2014-04-26 à 00.12.36.png

                      

François Guérif je vous en avais parlé ici.

Le talentueux directeur de la prestigieuse maison d’éditions Rivages fera ce qu’il sait faire de mieux, transmettre son amour du polar et du roman noir au travers d’adaptations cinématographiques de fabuleux romans qui figurent dans le catalogue de sa collection à l’exception me semble-t-il du film de Claude Chabrol, l’Inspecteur Lavardin.

 

 

françois guérif,cinémas grütli,rivages,westlake,woodrell,jim thompson,james lee burkeUne perle noire pour débuter avec Out of the Past qui a été tournée en 1947 par Jacques Tourneur adapté du roman Pendez-moi haut et court de Geoffrey Homes. Des acteurs emblématiques d’une époque révolue : Robert Mitchum et Kirk Douglas.

 

(Rivages n° 93)

 

 

 

 

françois guérif,cinémas grütli,rivages,westlake,woodrell,jim thompson,james lee burkeUn saut dans le temps avec Get Carter, grand film britannique des seventies avec Michael Caine qui sert  cette excellente adaptation du livre de Ted Lewis. Sur la couverture du livre édité par Rivages vous reconnaîtrez peut-être Sylvester Stallone qui interpréta le personnage de Carter dans un remake extrêmement mauvais !

(Rivages n° 119)

 

 

 

 

Inspecteur Lavardin sera un polar français emblématique des années 80 avec un rôle qui consacra cet immense acteur qu’était Jean Poiret en interprétant un flic facétieux et inquiétant qui bouleversait l’image du flic bourru et sérieux. On découvrait déjà l’inspecteur Lavardin dans Poulet au Vinaigre.

 

françois guérif,cinémas grütli,rivages,westlake,woodrell,jim thompson,james lee burkeUn roman de Jim Thompson adapté par Donald Westlake voici  Les Arnaqueurs de Stephen Frears qui sera son premier film tourné aux USA en 1990 et qui obtiendra plusieurs nominations aux Oscars sans toutefois décrocher la fameuse statuette. John Cusack, Angelica Huston et Annette Bening forment un trio malsain dans ce film vénéneux que l’on peut considérer (avec les Liaisons Dangereuses) comme le chef-d’œuvre du réalisateur britannique.

(Rivages n° 58)

 

 

 

françois guérif,cinémas grütli,rivages,westlake,woodrell,jim thompson,james lee burkeDifficile d’adapter l’œuvre de James Lee Burke tant le texte est riche. Phil Joanou s’y était cassé les dents avec sa médiocre adaptation de Prisonnier du Ciel où Alec Baldwin peinait à convaincre dans son interprétation du fameux détective Dave Robichaux. C’est en 2009 que Bertrand Tavernier s’attaque au chef-d’œuvre de James Lee Burke, Dans la Brume Electrique avec les Morts Confédérés. Le réalisateur qui avait déjà adapté un ouvrage de Jim Thompson (Pop. 1275/Coup de Torchon) s’en est plus que bien tiré en confiant le rôle du fameux lieutenant à un très convainquant Tommy Lee Jones. Dans la Brume Electrique est une des très belles réussites récentes du réalisateur français. Le tournage fut difficile et vous trouverez ses confidences dans l’ouvrage Pas à Pas dans la Brume Electrique, aux éditions Flammarion.

(Rivages n° 314)

 

françois guérif,cinémas grütli,rivages,westlake,woodrell,jim thompson,james lee burkeEt pour finir il faudra découvrir Winter's Bones de Debra Granik adapté du magnifique roman de Daniel Woodrell qui est un des grands auteurs méconnus de l’édition Rivages. L’histoire âpre et prenante a été chroniquée ici. A découvrir absolument !

(Rivages n° 803)

 

 

 

 

Capture d’écran 2014-04-26 à 00.14.46.pngCapture d’écran 2014-04-26 à 00.15.06.png

 

Bref vous l’aurez compris vous aurez l’occasion de voir ou revoir six grands films noirs présentés par l’un des plus grand passeur du genre qui déclinera aux travers de milliers d’anecdotes sa passion d’un genre encore bien trop souvent décrié. François Guérif aux Cinémas du Grütli : Une rencontre à ne pas manquer !

 

Sega

 (photos extraites du site : http://www.cinemas-du-grutli.ch)

Un week-end autour du polar …. Avec François Guérif. Les Cinémas du Grütli, le 26 & 27 avril 2014

A lire en écoutant : Arsenic Blues (Les cinq Dernières Minutes) de Marc Lanjean interprété par l'orchestre de l'ORTF.

24/11/2013

VICTOR GISCHLER : COYOTE CROSSING. AU MILIEU DE NULLE PART.

victor gischler, coyote crossing, jim thompson, 1275 âmes, Cormac McCarthyUne ville paumée au beau milieu d’un état poussiéreux, un adjoint du shérif dépassé sont les archétypes de nombreux romans qui débarquent dernièrement sur les étales des librairies depuis le succès de Cormac McCarthy, « Non ce pays n’est pas pour le vieil homme ! », chef-d’œuvre du roman noir américain, commenté ici.

Coyote Crossing de Victor Gishlerse situerait dans la veine d’un film de Quentin Tarantino selon le commentaire de l’éditeur et il faut bien avouer qu’au niveau de la syntaxe et de la dramaturgie on a plutôt la sensation de lire une espèce de scénario mal ficelé qui nous livre parfois au détour des pages quelques scènes assez originales.

Ancien musicien paumé, Toby Sawyer est retourné dans son trou natal pour endosser à mi-temps l’uniforme de shérif adjoint. Pour sa mission d’un soir, il est contraint de surveiller un cadavre truffé de plomb. La tâche ne s’avérant guère excitante, Toby part rejoindre sa maîtresse. Au retour de son escapade romantique, Toby s’aperçoit que le cadavre a pris la poudre d’escampette. Toute une nuit pour retrouver le corps perdu va l’amener à faire des rencontres aussi denses que sanglantes. Flics corrompus, gangs hispaniques, rednecks déchainés, Toby survivra-t-il à cet enchaînement de hordes sauvages tout en préservant son bébé que sa femme vient d’abandonner.

victor gischler, coyote crossing, jim thompson, 1275 âmes, Cormac McCarthyLe roman sec et nerveux est bourré d’actions. On peut le dire, on n’a guère le temps de souffler au détour de cet amoncellement de personnages stéréotypés qui s’entrecroisent sans que l’auteur daigne s’y attarder. Une volée de plomb et on passe à autre chose. Un peu simpliste comme système qui n’amène pas grand chose à une histoire incohérente où l'on s'entretuerait à tout va, sans que le moindre habitant n'intervienne durant la nuit. Et puis le personnage central n’est guère crédible alors qu’on le présente comme un paumé romantique qui se révèle au gré du roman comme un flic débrouillard et sanguinaire qui n’aurait pas peur de dégommer une tripotée de truands sauvages. Quelques scènes originales, comme la destruction d’un motel abritant une nuée de gangsters et le combat dans le poste de police, sauvent le roman d’un naufrage insipide. 

victor gischler, coyote crossing, jim thompson, 1275 âmes, Cormac McCarthyOn dira de Coyote Crossing qu’il s’agit d’un roman sans prétention et parfois distrayant qui se lit rapidement, ce qui est salutaire pour le lecteur, et après avoir tourné la dernière page, on ne pourra pas s’empêcher de penser à Nick Corey, shérif emblématique du roman de Jim Thompson dans 1275 âmes pour se dépêcher de lire ou relire ce polar d’envergure qui a inspiré avec plus ou moins de succès de nombreux auteurs !

 

SEGA

 

Victor Gischler : Coyote Crossing. Editions Denoël 2013. Traduit de l’anglais (USA) par Frédéric Brument.

A lire en écoutant : Los Lobos : Border Town Girl. Album : Wolf Track, Best of Los Lobos. Rhino 2006.