19/04/2015

LES POLARS DU SIECLE !


Capture d’écran 2015-04-19 à 12.00.56.pngLes dix meilleurs polars de tous les temps. Rien que ça ! Avec ce titre ambitieux pour une démarche qui l’est tout autant, on peut se féliciter de l’initiative du Matin Dimanche qui consacre 4 pages aux polars. Si cet hebdomadaire dominical pouvait consacrer ne serait-ce qu’une page  dans ses parutions futures ce seraient encore mieux.

Partenaire de la Scène de Crime, dans le cadre du salon du livre à Genève, le Matin Dimanche a réuni un jury international, dont chaque membre (journalistes, chroniqueurs, écrivains, bloggeurs et éditeurs) a établi une liste des dix polars impérissables. C’est la fusion de ces listes qui a permis à la rédaction d’établir le palmarès final. Que l’on ne s’y trompe pas, l’exercice ne peut susciter que frustrations, discussions, voire même confrontations. C’est d’ailleurs le seul intérêt que l’on peut trouver à ces classements. Pour ma part, je déplore que David Peace n’y figure pas.

Le classement :

1. Moisson Rouge de Dashiell Hammet
2. Mr Ripley de Patricia Highsmith
3. Le Dahlia Noir de James Ellroy
4. The Long Goodbye Raymond Chandler 
5. L'assassin qui est en moi de Jim Thompson
6. J'étais Dora Suarez de Robin Cook
7. Le Grand Nulle Part de James Ellroy 
8. Le Grand Sommeil de Raymond Chandler 
9. La Position du Tireur Couché de Jean-Patrick Manchette
10. L'Inconnu du Nord Express de Patricia Highsmith
11. L.A. Confidential de James Ellroy 
12. On Achève Bien les Chevaux de Horace McCoy et Roseanna de Maj Söwall et Per Wahlöö
13. Le Faucon Maltais de Dashiell Hammet
14. L'Espion qui Venait du Froid de John le Carré
15. La Femme en Blanc de William Wilkie Collins
16. Millenium 1 - Les Hommes qui n'aimaient pas les Femmes de Stieg Larsson et Nécropolis de Herbert Lieberman
17. Le Diable Tout le Temps de James Ray Pollock
18. L'Analphabète de Ruth Rendell

Avec un jury international, ce sont les romans des USA et de la Grande Bretagne qui trustent ce palmarès avec 9 ouvrages en tête où l’on découvre des grands auteurs classiques comme Dashiell Hammet, Raymond Chandler et Patricia Highsmith. Dans ce listing figure également James Ellroy, Jim Thompson et Robin Cook. Bref, rien de très vraiment surprenant, hormis le fait que Manchette figure en 9ème place avec La Position  du Tireur Couché. Roseanna de Sjowall et Wahloo est classé en 12ème position.

Une page est consacrée à une interview de François Guérif. Toujours aussi pertinent, le directeur de la collection Rivages/Noir nous livre sa vision des romans dit « ethniques » et la formule pour faire un bon roman policier.

Finalement l’intérêt de ce supplément spécial réside dans le choix du roman que chaque membre du jury  recommanderait à ses amis. Il y a bien évidemment des classiques, mais on y trouve également un florilège de polars beaucoup moins convenus qui peuvent susciter un certain intérêt. Parmi tous ces « hors séries » consacrés aux polars, c’est peut-être cet article qui permettra aux lecteurs chevronnés du genre, de découvrir quelques nouvelles pépites.

Sega

 

A lire en écoutant : All or Nothing At All de John Coltrane. Album Ballads. Impulse 1961.           

 

12:02 Publié dans 1. Actualité | Tags : matin dimanche, polars, guérif, salon du livre genève | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

15/01/2012

Les polars du Matin Dimanche, la fin du monde est proche !

 

 

quelque-image-du-film-la-fin-du-monde-2012.gif

Non Monsieur Descaillet, Peter et consort ne sont pas que des montreur d'images. Ils nous recommandent des livres ! Parfaitement !

Et  j'en veux pour preuve la sélection des polars du Matin Dimanche avec une sélection d'ouvrages édifiants qu'il faudrait lire avant la fin du monde prévue en 2012, dixit l'auteur de l'article. L'un d'entre eux ne serait rien d'autre que le dernier SAS de Gérard De Villiers. Les fous de Benghazi (tout un programme) qui serait, selon la journaliste « Aussi réaliste que terrifiant ». Alors je vous le dis tout de suite, je n'ai rien contre les SAS, mais quand même, qualifier les aventures de Malko le séducteur de réaliste... Je ne sais pas ce qu'ils boivent à la rédaction, mais ça doit être du bon !

Les cinq autres livres sont à l'avenant, avec le dernier James Patterson qui outre le fait qu'il publie des romans toutes les cinq minutes, a le grand mérite de figurer dans Forbes comme l'écrivain le mieux payé du monde (Ca c'est de l'information littéraire). Et on notera ce roman de « Richard Castle », héro d'une série TV, dont les producteurs ont voulu faire vivre davantage le personnage. Cela signifie que l'on ne connaît pas le ou les véritables auteurs de ce chef-d'œuvre. Méchante langue que je suis, je devine déjà la « qualité » du récit, sans même l'avoir lu : zéro pointé !

Il nous restera Donna Léon avec son commissaire Brunetti qui nous entraînera dans les brumes vénitiennes, les enquêtes victoriennes d'Anne Perry et les investigations scientifiques de Temperance Brennan, devenue le personnage principale de la série « Bones ».

Avec une sélection pareille nous pouvons attendre sereinement la fin du monde.

Bonne apocalypse !

Sega

 

PS : Ca ne s'invente pas :

Le prix VSD du polar 2011 a été attribué à François-Xavier Cerniac pour son ouvrage Le Tombeau du Phénix.

 

21:55 Publié dans 1. Actualité | Tags : matin dimanche, polars, patterson, sas, de villiers | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

25/05/2011

Fred Vargas : L’Armée Furieuse. Le grand retour d’Adamsberg, le commissaire lunaire.

L-armee-furieuse.jpg

Un pigeon aux pattes ligotées, une vieille dame assassinée à coup de miettes de pain, un riche industriel carbonisé dans sa voiture et l'armée furieuse qui déferle à nouveau sur un petit village normand. La brigade la plus décalée de Paris, dirigée par le commissaire Adamsberg aura du pain sur la planche !

Avec ce nouveau roman de Fred Vargas, nous retournons dans les délices des références moyenâgeuses qui avait fait le succès, entre autre, de « Pars Vite et Reviens Tard », car Adamsberg devra affronter la légende de la mesnie d'Hellequin, seigneur d'une horde d'âmes damnées qui hante les sentiers sombres  du petit village d'Ordebec. La légende devient plus concrète lorsque l'un des villageois, un chasseur sadique, est retrouvé mort sur un des chemins empruntés par l'armée furieuse.

Une France rurale, truffée de personnages mémorables aux manies étranges. C'est de cette manière que Fred Vargas nous entraine dans ces histoires composées de petites anecdotes qui reliées les unes aux autres forment un récit cohérent, même si on peut trouver parfois que les liens soient un peu tirés par les cheveux. Des lacets, des miettes de pains, du sucre et un bout de ficelle. Des objets banals qui permettront comme toujours au commissaire Adamsberg de résoudre cette enquête complexe, où les meurtres vont se succéder à un rythme infernal.

Une ambiance envoutante, dans ce petit village normand, baigné de contes médiévaux que l'assassin exploitera pour terrifier les villageois. Des personnages attachants et mystérieux, comme cette Lina dont les visions prophétiques désignent les victimes à venir qui seront emportées par l'armée furieuse. Ses quatre frères plus étranges les uns que les autres et Léo la vieille dame aux répliques terriennes et pertinentes.

Un roman composé de vieilles pierres, de sentiers sinueux, de sous-bois étranges et de prés piquetés de vieux pommiers où les vaches paraissent immobiles. Un décors où semble se complaire ce commissaire aux pensées décousues qui sait s'attarder sur les petits détails sans importances et apprécier les mures juteuses. Ses acolytes seront toujours à ses côtés pour l'épauler. Des policiers dont les fêlures ou les défauts se muent en qualités toujours propices pour le bon déroulement des enquêtes, avec Danglard dont l'intelligence, la culture et la mémoire prodigieuses se noient parfois dans les brumes de son alcoolisme, Veyrenc qui délivre ses conclusion sentencieuses en alexandrin, Violette Retancourt femme aussi gigantesque que décidée, Froissy l'angoissé boulimique et Mercadet l'endormi compulsif.

Comme toujours, on navigue entre les intrigues sombres et le côté décalé des personnages qui donnent aux histoires de Fred Vargas une originalité toute particulière que Régis Wargnier n'est pas parvenu à rendre dans son adaptation de « Pars Vite et Reviens Tard » où les acteurs bien trop sérieux et bien trop habités n'arrivaient pas restituer l'aspect truculent et très terrien des récits de Vargas.

« L'Armée Furieuse » est, sans conteste, avec « l'Homme à l'envers » et « Pars Vite et Reviens Tard », l'un des meilleurs romans de Fred Vargas, grande reine du polar français. A lire immodérément !

Sega

A lire en écoutant : How Fortunate the Man With None - Interprète : Dead Can Dance - Album : Into the Labyrinth / Tableau de chasse - Interprète : Claire Diterzi - Album : Tableau de chasse

Fred Vargas : L'Armée Furieuse. Edition Viviane Hamy 2011.